Logo association des transplantes thoraciques de l'ouest
Logo association des transplantes thoraciques de l'ouest

Association des Transplantés Thoraciques de l'Ouest

Bretagne - Pays de la Loire - Poitou Charentes

Nouvelle Vie greffes coeur et poumons dans l'Ouest

Actualités d'ATTO Nouvelle Vie

Don d’organes et de tissus, un lien qui nous unit tous.

Article publié le 16/06/2020

22 Juin 2020 : Une journée pour inviter à la réflexion sur le don d’organes et de tissus
À l’occasion du 22 juin 2020, l’Agence de la biomédecine lance une campagne de communication avec une nouvelle signature « Un lien qui nous unit tous » ayant l’objectif d’ancrer le sujet du don d’organes dans une nouvelle perspective qui permettra de valoriser davantage tous les acteurs mobilisés au quotidien sur ce sujet. Cette campagne visera également, comme tous les ans, à faire augmenter la connaissance de la loi auprès de toutes les populations.
Cette journée sera aussi l’occasion de marquer l’anniversaire de ce rendez-vous annuel qui réunit depuis 20 ans tous les acteurs engagés pour le don d’organes : professionnels de santé, associations et partenaires institutionnels.
Lire le communiqué de presse complet

Voir le document : Réflexion sur le don d'organes et de tissus


Une journée pour inviter à la réflexion sur le don d’organes et de tissus

Article publié le 15/06/2020

Don d'organes et de tissus


Communiqué de presse 25 mai 2020 Ségur de la Santé : Rien ne se fera pour nous sans nous !

Article publié le 27/05/2020

France Assos Santé, union des associations de patients et usagers de la santé, présente au lancement du Ségur de la Santé ce 25 mai, participera aux groupes de travail pour oeuvrer à l’amélioration de l’hôpital, élément majeur du parcours de soins de tous les patients.
Si revaloriser les carrières des professionnels et du médico-social est essentiel, le Ségur de la Santé devra tirer les leçons de la crise sanitaire pour construire un projet d’avenir pour une médecine plus efficace, plus humaine, plus respectueuse des droits de chacun, en intégrant les enjeux de santé publique, de démographie, de soins de proximité, et des soins hospitaliers. Plus que jamais, après 3 lois de santé inabouties (2009, 2016, 2019), il est temps d’envisager la santé comme un bien commun et non comme une ligne de dépense !
Gérard Raymond, président de l’union, précise :
« Réussir la réforme c’est d’abord se fixer comme objectif de répondre aux attentes et aux besoins des citoyens, notamment en matière d’accès aux soins, quel que soit son territoire de vie. Cette réforme doit se faire pour les patients et avec les patients. Elle passe par une rupture avec le modèle d’organisation actuel. Il faut aller plus loin que ma santé 2022 et se donner les moyens de nos ambitions ! »
C’est pourquoi, à l’occasion du Ségur de la Santé, France Assos Santé souhaite :
1) Que soit promue la santé dans toutes les politiques publiques, économiques et environnementales et soit réduite l’explosion des maladies chroniques qui a contribué à la mise sous pression des structures hospitalières lors de la crise actuelle.
2) Que soit promue la démocratie en santé par une réforme systémique de l’organisation de l’offre dans les territoires.
• La gouvernance des établissements devra reposer équitablement sur les trois populations qui la composent : celle des soignants, celle des administratifs et celle de ses usagers qui devront être plus impliqués dans les politiques des établissements et participer en particulier à leur évaluation.
• Une entité démocratique, un « parlement régional » sanitaire et social, qui va bien au-delà des CRSA actuelles, serait le centre territorial de décisions en santé et définirait démocratiquement les axes majeurs de la politique régionale de soins et de santé avec les acteurs et bénéficiaires du territoire dans le respect de la population de chaque bassin de vie.
3) Que soient développés les outils numériques – même s’ils ne peuvent être l’unique solution - pour réduire les inégalités d’accès aux soins, améliorer la pertinence et la qualité des soins sur tout le parcours de santé, dans le respect du droit des personnes et avec la participation des usagers de la santé.
France Assos Santé confirme sa volonté d’être une force de proposition pour porter l’intérêt des usagers à son meilleur niveau possible et co-construire un plan ambitieux déterminant pour l’avenir de notre hôpital et notre système de santé.
---
Contact presse : 01 40 56 94 42 – communication@france-assos-sante.org


Information destinée aux patients inscrits sur liste nationale d’attente de greffe coeur, poumons ou coeur/poumons (le 24.05.2020)

Article publié le 26/05/2020

Chère madame, cher monsieur,

Vous êtes inscrit sur la liste nationale d’attente de greffe.
L’épidémie de Covid-19 a entrainé une diminution de l’activité de greffe en dehors des greffes urgentes depuis le 15/03/2020.
Cette décision était motivée par différents constats :
- Le risque d’infection à Covid-19.
- L’épidémie nécessitait de consacrer tous les moyens hospitaliers et notamment de réanimation à la prise en charge des patients infectés à Covid-19
- Le caractère habituellement temporaire d’une épidémie virale
Aujourd’hui,
- Le risque d’infection à Covid-19 dans la population greffée est mieux connu.
- Les conditions sanitaires s’améliorent et certaines régions ont très peu subi l’épidémie.
- Le caractère durable de l’épidémie virale est envisagé pour une durée indéterminée.
Les conditions nécessaires à la reprise de l’activité de la greffe ont été établies par les Sociétés savantes pour garantir des conditions de sécurité maximale :
- Les conditions de reprise d’activité de chaque équipe de greffe sont validées auprès des Administrations (Agence Régionale de Santé, Direction hospitalière, Commission Médicale d’Établissement, Agence de la biomédecine)
- Des conditions logistiques hospitalières doivent être garanties avec notamment des parcours de soins dédiés « sans cas d’infection à Covid-19 » ;
La notion de balance bénéfice/risque en période épidémique doit être expliquée aux patients
- Cette notion est habituellement exposée avant une inscription sur liste nationale d’attente de greffe :
o La possibilité de greffe d’un patient doit être analysée avec soin par chaque équipe de greffe en prenant en compte le rapport bénéfice /risque individuel dans le contexte de l’épidémie actuelle.
o Les possibilités de confinement en post-greffe sont prises en considération.
La volonté du patient d’être greffé ou pas dans cette période transitoire est à respecter. Le patient peut décider d’être retiré temporairement « sans perte de l’inscription initiale » de la liste d’attente.
o Les patients sont encouragés à mener cette réflexion et à se rapprocher des équipes de greffe
o La situation va évoluer et le suivi des résultats est fait de manière rapprochée et sera communiqué.